À l’occasion de l’inauguration ce jour du 25e salon Euronaval de Paris-Le Bourget, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a révélé la maquette des futures Frégates de taille intermédiaire (FTI) exposée sur le stand du ministère de la Défense. Le lancement du programme FTI a été décidé mi-2015 lors de l’actualisation de la loi de programmation militaire. Son objectif calendaire est ambitieux puisque la livraison de la première frégate est fixée en 2023. 

Frégates de premier rang, les 5 nouvelles FTI complèteront à l’horizon 2030 les 8 Frégates multi-missions (17 FREMM étaient prévues dans le format initial) et les 2 frégates de défense aérienne de type Horizon. La marine nationale pourra ainsi remplir son contrat opérationnel dans un contexte d’évolution des menaces. Une FTI pourra être déployée seule ou au sein d’une force interarmées ou interalliés, comme le groupe aéronaval. 

Pour définir cette frégate dans des délais contraints, la Direction générale de l’armement (DGA) a mis en place un plateau collaboratif. Disposant des outils d’ingénierie les plus modernes, ce plateau regroupe les experts de la DGA, de la marine et de l’industrie, principalement DCNS et Thales. Son efficacité est aujourd’hui avérée puisque les grands choix d’architecture et d’équipements du programme ont été entérinés lors de la présentation en comité ministériel d’investissement le 5 octobre dernier. 

D’un tonnage d’environ 4 200 tonnes, mise en œuvre par un équipage de 125 personnes, détachement aéronaval compris, la FTI dispose de capacités dans tous les domaines de lutte : anti-sous-marine, anti-aérienne, antinavire, projection de forces spéciales. Elle peut accueillir un hélicoptère et/ou un drone aérien. Son radar de nouvelle génération à panneaux fixes, entièrement numérique, est intégré au sein d’une mâture unique. La FTI est aussi caractérisée par une étrave légèrement inversée. 

Polyvalente et endurante, premier bâtiment tout numérique et doté d’équipements de dernière génération technologiquement innovants, la FTI est conçue de façon modulaire afin de pouvoir être évolutive et déclinée selon les différents besoins de marines étrangères.

Thales fournira à la future FTI Française, les systèmes suivants :

  • Sonar CAPTAS-4 compact

Il s’agit d’une nouvelle version compacte et modulable du sonar remorqué CAPTAS-4, qui équipe actuellement les Frégates MultiMissions (FREMM). Le CAPTAS-4 compact offre la même détection ultra-longue portée tout en ayant une surface réduite de 50% et un poids allégé de 20%. Avec ce sonar en version compacte, la FTI sera équipée de la meilleure capacité de détection anti sous-marine du marché.

  • Radar SEA FIRE

Ce radar multifonctions entièrement numérique, doté de quatre antennes à panneaux fixes, bénéficie du soutien de l’état français pour son développement. Il répond aux besoins de différentes missions depuis l’autodéfense du navire jusqu’à la défense aérienne étendue. Il est adapté à la conduite d’engagement des missiles ASTER. Face aux menaces aériennes et de surface conventionnelles, a symétriques ou émergentes, le SEA FIRE est opérationnel dans des environnements complexes en zone littorale ou en présence de brouillage intense. Il s’adapte à tous types de navires de la corvette à la frégate.

  • Système de communications navales intégré Aquilon

Thales fournit aussi le système de communications n avales entièrement intégré Aquilon ainsi qu’un système d’identification (IFF) couplé au radar SEA FIRE. Déjà en service en France et dans de nombreuses marines, le système Aquilon est bâti autour d’une architecture IP qui offre tous les services voix et données nécessaires pour assurer l’ensemble des communications externes et internes, rendant ainsi la frégate et son équipage entièrement connecté. Ces services, parfaitement sécurisés, permettent de garantir l’interopérabilité de l’ensemble des acteurs avec lesquels la FTI pourra être amenée à collaborer.

  • Système de Guerre Electronique ESM1

Avec son nouveau système SENTINEL, la Guerre Electronique proposée par Thales est également à la pointe de la technologie avec une architecture modulaire, entièrement numérique, compatible de l’environnement électromagnétique d’un navire de combat moderne et capable de fournir des identifications précises de menaces très évolutives incluses dans des environnements radioélectriques complexes comme des zones littorales.