Créée en 1972, la société Défense Conseil International (DCI), spécialisée dans le transfert du savoir-faire des armées françaises aux pays « amis de la France », étend ses domaines d’activités pour diversifier son portefeuille et mieux aborder le marché à l’international.

Très récemment distinguée parmi les 500 meilleurs employeurs de France (229e place) par le magazine Capital, la Direction de la société se féminise avec la nomination d’Armelle Le Veu-Seroude (39 ans) à l’Innovation et de Karine Leprêtre (44 ans) à la Communication. Toutes deux sont rattachées à Julia Maris, Directrice générale chez DCI depuis l’été 2014.

Concentré historiquement sur les pays du Golfe et l’Asie, DCI entend se développer en Amérique latine et du Sud, dans des pays qui sortent peu à peu d’une doctrine basée sur la contre-guérilla pour s’orienter vers une doctrine militaire plus conventionnelle. La société formera l’équipage brésilien du premier sous-marin de type « Scorpène » et des projets sont en cours de développement avec le Chili, le Pérou et le Mexique.

Dans une conférence de presse du 10 février, son président Jean-Michel Palagos a présenté l’extension des activités du groupe. Aux quatre piliers d’origine COFRAS, NAVFCO, AIRCO, DESCO, viennent désormais s’ajouter les domaines de la cyberdéfense, de la formation médicale militaire, des drones, du soutien pétrolier sans oublier la capacité ISR via Vigie Aviation que DCI a absorbé en 2014. Des partenariats ont été signés en ce sens avec les Service de Santé des Armées (SSA), le Service des Essences des Armées (SEA).

Prochainement les instructeurs de DCI NAVFCO formeront à la mer les équipages égyptiens des deux BPC, soit 360 marins au total. Auparavant, la société avait assuré la formation de l’équipage de la FREMM « Tahya Misr » (ex Normandie).

Pour assurer la qualité de ses services, DCI s’est rapproché de la Direction des ressources humaines du ministère de la Défense avec une veille sur les métiers critiques tout en évitant toute « prédation des ressources ». Exemple est pris sur la requalification des techniciens militaires dans le domaine des sous-marins à propulsion nucléaire vers les technologies diesel des « Scorpène ».

DCI mise sur une croissance annuelle de 5% dont 60% devra se réaliser avec de nouveaux pays. Afin de dynamiser son organisation et bien préparer l’avenir, une Direction de l’innovation a vu le jour avec des équipes transverses. Ces « incubateurs d’activité », souples et interactifs, sont orientés sur les nouvelles activités.