L’armée chinoise reconnaît qu’elle ne respecte pas encore complètement les textes juridiques qui la régissent dans un article publié aujourd’hui par son organe de presse officiel.

L’éradication de la corruption dans les rangs de la plus grande armée du monde est une des priorités du président chinois Xi Jinping. Le numéro un chinois est aussi le président de la Commission militaire centrale qui contrôle l’armée et ses 2,3 millions de d’hommes et de femmes.

« Maintenant, les lois et règlements de notre armée ont été créés, mais le concept d’Etat de droit et le changement des conduites doivent encore être achevés », lit-on dans un commentaire en première page du quotidien de l’Armée populaire de libération (APL).

Les commissions compétentes du Parti communiste, celles qui exercent le véritable contrôle de l’armée, doivent éviter les situations où les décisions sont prises par une seule personne et vérifier que les décisions qu’elles prennent sont conformes à la législation, ajoute le quotidien.