vendredi, 02 mars 2012

Outre-Mer : Grosse montée en puissance en Guyane de la base aérienne 367

Une centaine de soldats, trois avions, un hélico, un tout nouveau radar et un total de 44 millions d'euros d'investissements pour la base aérienne militaire de Guyane. C'est ce que le général chef d'état-major de l'armée de l'air était venu annoncer cette semaine.

base-aerienne-367-de-guyane.jpgLe général Jean-Paul Paloméros était en visite en Guyane cette semaine pendant trois jours. Le chef d'état-major de l'armée de l'air, autrement dit le grand patron des forces aériennes françaises, était mardi à la base aérienne n° 367 Capitaine-François-Massé, située à côté de l'aéroport Félix-Éboué (TB : anciennement aéroport "Rochambeau"), pour son dernier jour chez nous. Il a détaillé les mesures d'exception dont va bénéficier la base aérienne, conséquence de la fermeture de celle de Fort-de-France.


Ce sont trois avions de transport de troupes Casa habituellement basés aux Antilles, un hélicoptère Puma et 85 soldats supplémentaires et un total de 44 millions d'investissement qui vont être attribués à la base guyanaise. Ces annonces deviendront une réalité d'ici aux grandes vacances. L'enveloppe budgétaire sera divisée en deux. 20 millions serviront à construire tous les bâtiments et infrastructures nécessaires à l'arrivée de cette centaine de soldats. Des bâtiments qui sont d'ailleurs en train de sortir de terre. "C'est parce que nous voulons une base moderne" , explique le général Paloméros. Ces mesures sont d'autant plus exceptionnelles que l'armée de terre est soumise depuis 2008 à un régime qui prévoit une réduction de 25% de son budget.

Pour ce qui est des 24 autres millions d'investissements, ils serviront à installer un tout nouveau radar. "C'est le premier de sa génération implanté par l'armée de l'air tous sites confondus". Mis au point par Thalès, le radar est décrit comme "très performant" par le général qui ne doute pas qu'il servira "de vitrine pour montrer le savoir-faire français". Sous-entendu : des acheteurs potentiels devraient donc passer par chez nous pour le voir. L'appareil de détection dont les informations seront aussi utiles à l'aviation civile sera installé sur le mont Vénus au Centre spatial guyanais.

En revanche il n'est pas prévu d'attribuer d'avions de chasse à la base guyanaise. Quand le besoin se fera sentir, les appareils viendront de France avec une escale à Dakar. Et le général Paloméros de conclure sur l'avenir de la base 367 : "Le cœur du dispositif se situera ici. Nous rayonnerons à partir d'ici quand ce sera nécessaire". Et non plus depuis les Antilles.

Sébastien ROSELÉ

Source du texte : franceguyane.fr

Écrit par SG dans > Amérique du Sud, > Armées, > France, > Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.