mardi, 03 janvier 2012

Irak : L'invasion américaine aurait provoqué plus de 160.000 morts depuis 2003

Deux semaines après le départ d'Irak des derniers GI's, une ONG basée en Grande-Bretagne, Iraq Body Count, a publié un bilan des pertes survenues lors du conflit irakien. Depuis le début de l'invasion américaine, le 20 mars 2003, à l'initiative de George W. personnes ont péri de mort violente. Pour établir ce bilan, IBC a croisé ses propres statistiques (les morts civils) avec celles des autorités irakiennes, les pertes américaines et les données révélées par Wikileaks (Iraq War Logs). Ce dernier a ainsi révélé l'existence de milliers de décès de civils dont l'ONG n'avait pas eu connaissance lorsqu'ils se sont produits.

Soldats US en Irak.jpg

Sur les 162.000 tués recensés, le rapport souligne que "79% étaient des civils", les autres étant des membres des forces de l'ordre irakiennes, des soldats américains et des insurgés. Les policiers irakiens ont payé un lourd tribut avec 9.019 décès, tandis que 4.474 soldats américains sont morts en Irak. Bagdad a été la zone la plus touchée par les violences sur les civils, avec 2,5 fois plus de décès que la moyenne du pays. Au moins 3.911 victimes recensées depuis 2003 étaient des enfants. "La violence a atteint son pic fin 200", relève IBC.


Les forces de la coalition menée par les Etats-Unis sont directement responsables de la mort de 14.705 civils en huit ans, dont "plus de la moitié au cours de l'invasion de 2003 et des sièges de Fallouja en 2004", note IBC.

Si le pire semble passé, IBC ne se hasarde pas à parier sur une baisse des violences en Irak dans les années à venir. Selon l'organisation, 4.063 civils ont été tués en 2011, soit plus qu'en 2010 (4.045). "Il n'y a pas eu de tendance sensible à la baisse depuis la mi-2009", affirme IBC. Le chiffre 2011 d'IBC est nettement plus élevé que celui publié dimanche par les autorités irakiennes, qui faisait état de 2.645 Irakiens tués dont 1.578 civils, un chiffre en baisse par rapport aux années précédentes. Récemment, une série d'attentats à la bombe a fait 57 morts à Bagdad.

Le projet IBC a été lancé en janvier 2003 par des bénévoles britanniques et américains voulant "s'assurer que les conséquences humaines de l'intervention militaire en Irak ne seraient pas négligées".

Source du texte : LE PARISIEN

Écrit par SG dans > Armées, > États-Unis, > Irak | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.