Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une enquête accuse l'armée américaine après la bavure au Pakistan

Une enquête de l'armée américaine rend ses hommes responsables de la frappe aérienne qui a tué par erreur 24 soldats pakistanais le mois dernier, rapporte jeudi le Wall Street Journal.

Dans un communiqué, le Pentagone concède qu'"une mauvaise coordination entre des officiers des armées américaine et pakistanaise" et "des informations cartographiques incorrectes (...) ont contribué à cette issue tragique".

L'enquête, qui doit être remise vendredi au Pentagone, montre que les commandos américains et afghans ont cru qu'il n'y avait aucun soldat pakistanais dans la zone visée le 26 novembre, à la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan.

Cette "bavure" a aggravé la crise entre Washington et Islamabad, le Pakistan décidant en représailles de ne pas se rendre à une conférence sur l'Afghanistan organisée à Bonn au début du mois.

Le rapport de l'armée américaine confirme plusieurs éléments de la version pakistanaise et contredit celle des Etats-Unis. Washington avait dit après les faits avoir obtenu l'autorisation des Pakistanais pour cette frappe aérienne.

"Le problème général qui entoure cet incident, c'est le manque de confiance" entre les deux pays, dit un responsable militaire cité par le Wall Street Journal.

Selon le rapport, résumé par des sources proches du dossier, un commando américano-afghan a d'abord été visé à partir d'une ligne de crête. Ce commando de 150 hommes a demandé un soutien aérien pour faire étalage de sa force aux assaillants.

Interrogé par le commando au sol, l'Otan a répondu par radio : "Nous ne repérons ("tracking") aucun militaire 'pak' dans cette zone." Les soldats américano-afghans ont interprété cette communication comme une preuve qu'il n'y avait aucun soldat pakistanais.

L'armée américaine a commis une deuxième erreur en donnant involontairement aux Pakistanais des informations erronées sur le lieu des frappes, selon l'enquête.

Source du texte : L'EXPRESS

Lien permanent Catégories : > Armées, > États-Unis, > Pakistan 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel