Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CANADA : Le F-35 réagit mal aux tests qu'on lui fait subir

Les avions de chasse F-35 que le gouvernement Harper a choisis pour équiper les Forces canadiennes résistent mal aux tests qu'ont lui fait subir, soutient le directeur du programme de fabrication de l'avion au Pentagone.

Dans une entrevue accordée au cybermagazine Aol Defense, le vice-amiral David Venlet indique que les essais de fatigue effectués sur l'appareil de Lockheed Martin font apparaître de nombreuses fissures et d'autres points faibles.

"Les points faibles décelés dans les quelque 12 derniers mois du programme nous ont surpris, tant en ce qui concerne le nombre de modifications que leur coût", explique le vice-amiral Venlet.

"La plupart [des problèmes] sont petits. Mais quand on les met tous ensemble, et qu'on regarde où ils se trouvent sur l'avion et à quel point il est difficile de les résoudre après l'achat de l'appareil, le fardeau des coûts est à couper le souffle", dit-il.

"Je crois qu'il est sage de ralentir la production pour un moment, jusqu'à ce que nous ayons accumulé des années d'apprentissage et que nous puissions gérer ça correctement", ajoute le responsable du programme.

Selon M. Venlet, Lockheed Martin a fait une « erreur de calcul » en construisant un modèle de série du F-35 avant d'avoir terminé les essais au sol et en vol. Cette approche, connue sous le nom d'"exécution simultanée", présume que d'éventuelles modifications ne pourront être que mineures.

Les propos du vice-amiral Venlet ont été confirmés par le Pentagone, qui prévoit acheter 2400 F-35 à un coût d'environ 382 milliards de dollars. Lockheed Martin n'a pas encore commenté la nouvelle.

De son côté, le premier ministre Stephen Harper n'a pas l'intention de changer la position de son gouvernement. "Évidemment, nous travaillons en étroite collaboration avec nos alliés sur cet objectif. Ce travail se poursuit et nous restons sur la voie que nous avons suivie. Jusqu'à maintenant, il n'y a pas de raison de changer de plan", a-t-il déclaré.

Le gouvernement canadien a prévu acheter 65 avions de chasse F-35, pour une facture qu'il évalue à environ 9 milliards de dollars, voire 16 milliards si l'on y ajoute les coûts d'entretien sur 30 ans.

Le directeur du budget de la Chambre des communes, Kevin Page, a estimé l'an dernier que les coûts seraient plutôt de 9,7 milliards pour l'acquisition et de 19,6 milliards pour les coûts d'entretien, pour une facture totale de 29,3 milliards en 30 ans Il soulignait que le développement du F-35 avait déjà cinq ans de retard et que cela risquait fort d'augmenter.

Le F-35 doit être à la fois un intercepteur pouvant arrêter les bombardiers ennemis et un chasseur bombardier pouvant être utilisé pour l'attaque au sol ou en mer. En plus de la version standard (F-35A), une autre version doit permettre de décoller et atterrir verticalement (F-35B). Une troisième version est utilisée pour les porte-avions (F-35C).

Le programme du F-35 est le plus ambitieux et le plus coûteux programme d'achat d'avions lancé depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Source du texte : RADIO-CANADA.CA

Lien permanent Catégories : > Air et Espace, > Canada, > États-Unis, > Technologie 3 commentaires

Commentaires

  • A méditer pour la SUISSE qui vient d'acheter "moins cher" un avion qui n'existe que sur le papier.....les US et les français ont connu des problèmes de jeunesse sur le RAFALE et actuellement sur le F35 malgré la puissance financière et industrielle des entreprises US, il m'étonnerait que SAAB passe au travers du filet....... Ben sinon, comme on dit chez nous "ça leur fera la b..."

  • Fallait acheter le RAFALE! PAF! Maintenant c'est bien ils on un avion qui passe super bien à l'image pour faire des films de SCI-FI, mais qui ne vole pas.

  • "Le programme du F-35 est le plus ambitieux et le plus coûteux programme d'achat d'avions lancé depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale" et qui est bien parti pour être le plus gros scandale de l'histoire de l'aéronautique militaire! A noter que le grand frère F22 avait eu le même problème dans sa longue liste de turpitudes. Problème qui avait été résolu à grand renfort de centaines de millions de dollars (les avions étaient déjà produits en série). Espérons au moins qu'ils apprendront un minimum du désastre du Raptor, notamment les soucis rencontrés au niveau de la fermeture de l'habitacle et du circuit d'oxygène, histoire de ne plus avoir de pilotes grillés vif/à moitié asphyxiés...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel