dimanche, 14 août 2011

Birmanie : 60 années de rébellion Karen

Si le nom d’Aung San Suu Kyi est régulièrement évoqué pour illustrer l’opposition au régime militaire de Rangoon, on oublie généralement de signaler le combat que mène le peuple Karen dans l’Est de la Birmanie.

Le monde a découvert leur tragédie en 1988, lorsque les Birmans se sont révoltés contre la junte militaire du général Ne Win, qui dirigeait le pays d’une main de fer depuis 1962. A l’issue de la bataille "de la colline du chien dormant" qui a coûté la vie à 3.000 combattants, les Karen sont entrés dans l’histoire de la Birmanie moderne. Mais à quel prix ! Pourchassés par l’armée birmane, bien entraînée et bien équipée, ce peuple, qui a sa propre histoire, a été soumis depuis à un véritable nettoyage ethnique.

On ne sait plus combien ils sont. Dans les années 40, un recensement avait établi qu’ils étaient 5 millions. Actuellement ils sont moins nombreux car depuis un demi siècle ils résistent et les affrontements avec l’armée birmane ont décimé leurs rangs. De toutes les guérillas combattantes de la Birmanie, ce sont les plus tenaces et les moins disposés au compromis. Grâce à une rigueur morale  sans égale dans l’histoire des guérillas, les Karen ont évité les tentations classiques qui menacent les groupes rebelles notamment le terrorisme et l’opium.

Aujourd’hui, environ un million de Karen vivent le long de la frontière thaïlandaise. La moitié d’entre eux sont des réfugiés venant de l’intérieur. Mais ils doivent aussi fuir continuellement car leurs villages sont régulièrement brûlés par l’armée birmane. Des mines sont posées sur leurs champs de riz et on les abats comme des lapins.

Source du texte : Any BOURRIER

Écrit par SG dans > Asie, > Guerre civile | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

très beau reportage et joli blog !

Écrit par : Jolaindien | lundi, 15 août 2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.