Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un turboréacteur de missile à peine plus grand qu'un stylo

Il pèse 4 kg et mesure 33 cm, et sa durée de vie ne dépasse pas la dizaine d'heures. Son utilité : propulser petits missiles tels que des missiles anti-chars ou encore des drones de taille réduite, notamment des engins cibles, grâce à un moteur très compact.

turboreacteur_img_fr.jpgIl s'agit du TR-3 fabriqué par Microturbo, filiale de Turbomeca (Groupe SAFRAN). Parmi ses technologies embarquées, un moteur équipé d'un alternateur à grande vitesse (100.000 rpm) délivrant une puissance électrique de 800 W, capable d'alimenter les systèmes de navigation des missiles ou des cibles. Autre point fort : il est équipé d'une cartouche pyrotechnique d'allumage, grâce à laquelle il atteint sa puissance maximale en moins de 7 secondes.

Plus besoin de poudre. Le caractère innovant est plus explicite concernant l'application elle-même : le TR 3, alternative à la propulsion solide (poudre), permet d'augmenter la portée du missile de combat terrestre à masse équivalente, ou inversement, de réduire la masse pour une portée identique. En effet, hormis durant la phase de lancement d'un missile de combat terrestre qui requiert une propulsion par booster (poudre), le turboréacteur au kérosène remplace ici la poudre. Par rapport à une propulsion à poudre, il est plus fiable, plus endurant, plus manœuvrable et sa portée augmente significativement : il peut dépasser plusieurs dizaines de kilomètres. Autre avantage, ce système permet une insensibilisation de la partie propulsion aux tirs ennemis : à la différence de la poudre, le turboréacteur ne risque pas d'exploser.

Lien permanent Catégories : > Armes et armement, > France 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel