mercredi, 24 octobre 2007

Kurdistan : l’invasion serait un désastre militaire

f79a866c555a2cb25af25ea6bf29ed73.jpgEnvahir le Kurdistan et combattre une guérilla dans les montagnes ne sera pas une partie de plaisir, avertit le site Kurdish Media.

Depuis des années, la Turquie tient un discours musclé à propos des Kurdes d’Irak. Cette rhétorique guerrière a toujours eu une vocation principalement intérieure (destinée aux oreilles des seuls Turcs), ne débordant pour ainsi dire pas au-delà des frontières de la République. Toutefois, depuis que le Parlement a voté en faveur d’une invasion turque de l’Irak [le 17 octobre], les menaces d’Ankara font la une des journaux du monde entier.

L’invasion de l’Irak par la Turquie pourrait avoir l’un des deux objectifs suivants :

1. Ecraser le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en mettant hors d’état de nuire un grand nombre de ses combattants et en neutralisant sa base dans les montagnes de Qendil.

2. Détruire le gouvernement régional du Kurdistan (GRK) parce qu’il a refusé d’agir contre le PKK. 

Pour l’instant, il semble que les Turcs écartent totalement le second objectif. Mais il n’en reste pas moins que le premier est déjà tout à fait irréalisable. De nombreuses raisons permettent de comprendre pourquoi une invasion turque de l’Irak visant à écraser le PKK non seulement serait vouée à l’échec, mais serait en outre désastreuse pour les Turcs.

Nous vivons à l’ère de l’information instantanée. Tous les coins du monde ont accès à Internet. Même les plus démunis, surtout au Moyen-Orient, ont un téléphone portable et envoient chaque jour de nombreux messages. Il est beaucoup plus difficile de dissimuler de sinistres secrets qu’il y a dix ans, et cela vaut pour les pertes subies comme pour les violations des droits de l’homme. Les massacres et les attaques sauvages menés par les forces turques contre les villages kurdes dans les années 1980 et 1990 seraient beaucoup plus difficiles à perpétrer à notre époque. Une invasion à grande échelle du Kurdistan irakien ou une longue campagne de frappes aériennes sur les montagnes de Qendil entraîneraient inévitablement des pertes dans la population civile. Les images des souffrances du peuple kurde, des paysans de la région de Berwari, près de la frontière turque, aux villageois de Qendil, des gens qui ont déjà tant souffert dans un passé récent [notamment le gazage de la ville kurde de Halabjah, dans les années 1980], seraient diffusées dans le monde entier. La communauté internationale risque de ne guère apprécier le spectacle de pauvres paysans brutalisés par une armée de l’OTAN en uniformes flambant neufs et munie de fusils américains. 

7904ae9268fb3acce852d765ece3dac3.jpgConfrontés à une opération ambitieuse des Turcs, les petits groupes de combattants du PKK se contenteront de disparaître dans la nature, ne laissant qu’une seule cible évidente aux troupes d’Ankara : les montagnes de Qendil, cette chaîne où se trouve la principale base du PKK. Mais ces hauteurs, à cheval sur la frontière irano-irakienne, ne constituent pas un objectif facile. C’est au contraire une des régions les plus rudes du Kurdistan. Des routes sinueuses, ou plutôt des sentiers n’ayant qu’une ressemblance lointaine avec des routes, que seuls peuvent emprunter des spécialistes du 4 x 4, relient entre elles les parties relativement isolées du camp. Dans les montagnes, la plupart des déplacements se font à pied, par des chemins que les combattants expérimentés sont les seuls à connaître. Si l’un d’entre eux peut y progresser de nuit sans difficulté apparente, tout visiteur risque fort de se perdre, s’il n’a toutefois pas d’abord succombé à l’épuisement.

Le réseau de camps du PKK est dissimulé dans ces montagnes. Il est difficilement repérable depuis les airs, et un tir de missiles sur les montagnes entraînerait probablement plus de pertes civiles qu’il ne toucherait les combattants du PKK. Compte tenu de la nature dispersée de ces derniers, qui essuient depuis des années des frappes de missiles turcs et iraniens, ces opérations n’auraient que des résultats négligeables. Dans le même temps, il est fort peu probable que les hélicoptères envoyés sur zone puissent rentrer de mission. Lors de l’invasion soviétique de l’Afghanistan, autre rude région montagneuse qui a connu bien des combats au fil des ans, les hélicoptères étaient surnommés les “cercueils volants” par les combattants afghans. 

60936e482c83b3fcdb7d0b7ac894b74e.jpgLa seule façon pour les Turcs de marquer des points contre le PKK serait de déployer une force terrestre dans les montagnes de Qendil, ce qui serait difficile pour un certain nombre de raisons et, comme toutes les campagnes de ce type contre des unités de guérilla, s’avérerait particulièrement sanglant. Pour commencer, il ne serait pas facile d’atteindre Qendil, la région étant située à plusieurs heures de la frontière turco-irakienne. Le largage de soldats, action qui exaspérerait le GRK, nécessiterait au moins, peut-on supposer, l’approbation des Etats-Unis, auxquels les Turcs avaient refusé leur soutien lors du déclenchement de la guerre contre le régime de Saddam Hussein. Le déplacement de soldats par voie terrestre prendrait beaucoup de temps, puisqu’il faut plus de cinq heures pour rallier Qendil depuis la frontière turque. Or les chars et les véhicules de transport de troupes roulent beaucoup moins vite. 

Le mouvement des forces turques dans la région de Qendil pose soi d’énormes problèmes à la Turquie. Questions de temps et de coût mises à part, Ankara se retrouverait évidemment en terrain hostile, car les civils et les unités de sécurité du Kurdistan irakien ne portent pas les forces turques dans leur cœur. Dans le même temps, il serait extrêmement difficile d’étirer les lignes de ravitaillement depuis la frontière turque jusqu’à Qendil. Si les médias turcs sont occupés à attiser la frénésie sanguinaire de la population, il faut partir du principe que les généraux turcs, eux, sont des militaires professionnels qui savent qu’une campagne militaire au Kurdistan irakien, et en particulier à Qendil, serait plus rude qu’ils ne l’admettent officiellement. Le temps nous dira si tel est bien le cas.

Source du texte : COURRIER INTERNATIONAL / KURDISH MEDIA

Écrit par SG dans > Irak, > Turquie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PKK, Kurdistan, Turquie, Irak | | |  Facebook | |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.