visage-verdun-bernardUn très (très) bel album de textes et de photos sur la bataille de Verdun, qui doit impérativement être connu de tous les amateurs.

Sous-préfet dont les travaux historiques antérieurs sur la Grande Guerre et Maurice Genevoix ont été remarqués, Michel Bernard a réussi avec ce volume un double exploit. L’iconographie est d’une grande qualité, les photos soigneusement sélectionnées et parfaitement reproduites, souvent en grand format. Les textes ont été rédigés avec la plus grande empathie, dans un français excellent, et offrent un équilibre aussi subtil qu’efficace entre rigueur historique, méditation presque philosophique et considérations générales sur les ressorts profonds de la personnalité humaine, aussi bien que sur la capacité de résistance des collectivités. On n’échappe pas bien sûr à 3 ou 4 scories (un commandant est présenté comme capitaine, une date est remplacée par une autre, etc.), mais ces quelques très rares points faibles ne doivent en aucun cas dissimuler l’importance de ce livre. Des jours précédant l’offensive allemande (« Ces benoîtes visions d’après guerre en pleine guerre, à deux ou trois kilomètres de l’armée allemande, alarmaient les officiers d’inspection … Les pelles et les pioches trouvaient peu de servants, et les corvées allaient sans entrain ») à la mémoire de Verdun aujourd’hui (« Qu’est-ce que Verdun ? A cette question, Verdun apporte la plus bouleversante et la plus précise des réponses »), sans lyrisme inutile mais avec un immense respect et une profonde sympathie pour « les poilus de Verdun », avec réalisme et une belle élévation de sentiment, Michel Bernard nous raconte chronologiquement la bataille.

Il n’est, je pense, pas possible de quitter le livre sans être perdu dans de profondes pensées intérieures. Un livre qui fait réfléchir, sur son pays, sur ses pères, sur l’attachement à sa terre, sur la condition humaine finalement.

L’ensemble est donc illustré de très nombreuses photos en grand format, souvent même en pleine double page, qui montrent toutes des personnages, des individus, seuls ou en groupe, parfois en gros plan. Des images des hommes de Verdun, tels qu’ils furent. Il y a ainsi, au fil de chaque page, un aller-retour visuel et intellectuel entre le texte et l’image, l’un complétant judicieusement l’autre, et la seconde appuyant utilement le premier. Une dense, riche, belle réalisation qui va sans aucun doute s’imposer très vite comme une publication indispensable.

Perrin, Paris, 2016, 253 pages, 27,- euros.

Source : Guerres et Conflits