Histoire de l'Afrique du Nord couvBien connu depuis de longues années pour l’ensemble de ses travaux sur l’Afrique, Bernard Lugan nous propose une très vaste synthèse de l’évolution dans le temps des territoires qui s’étendent de l’Atlantique à la mer Rouge, de la préhistoire aux lendemains des « printemps arabes ». L’exercice est osé, le projet ambitieux, le résultat assez exceptionnel.

Suivant un plan chronologique dont les grandes parties sont organisées en chapitres « régionaux » (par territoire, de l’Egypte au Maroc), il nous fait revivre l’Egypte pharaonique, la période romaine, le royaume vandale et la reconquête byzantine, la conquête arabe et l’islamisation, l’essor des Berbères et l’empire almohade, la geste des Mamelouks. Il nous présente ensuite ces nombreuses dynasties, plus ou moins flamboyantes ou durables, qui s’échelonnent de Cyrénaïque à Salé, dont les corsaires voguent jusqu’à l’Islande. Pendant la période ottomane, le Maroc préserve son indépendance, mais au XIXe siècle les puissances européennes (Britanniques en Egypte, Italiens en Libye, Français en Algérie-Tunisie, Français et Espagnols au Maroc) s’imposent progressivement, tout en adoptant des statuts et des modes d’organisation administrative comme de gestion très différents. Après la Première Guerre mondiale, les Italiens peinent à pacifier leur colonie d’Afrique du Nord, tandis que l’Egypte la première retrouve son indépendance et que la France semble s’endormir dans le mirage d’une AFN mythifiée. La Seconde guerre mondiale, qui se déroule aussi au sud de la Méditerranée, accélère le processus d’émencipation, non sans de nombreuses différences, de l’Egypte du Raïs à la Libye d’Idriss Ier, de la Tunisie du Destour à la « guerre sans nom » d’Algérie. Les noms qui suivent sont sans doute mieux connus : Kadhafi bien sûr, mais aussi Ben Ali et Sadate, Boumediene et Hassan II, sans oublier le problème du Sahara occidental, la question berbère ou les progrès de l’islamisme radical. L’imposant ouvrage se termine sur la désagrégation de la Libye à la suite de l’intervention de 2011, les difficultés de l’Algérie, les incertitudes égyptiennes et tunisiennes, les efforts d’adaptation du Maroc.

La très grande connaissance qu’à l’auteur de cette histoire et sa capacité à rédiger de vastes fresques synthétiques donnent à l’ouvrage tout son intérêt. Comme dans les livres précédents de l’auteur, les cartes sont nombreuses (plus de 70 !) et particulièrement claires. Deux index terminent ce volume : un très complet index des noms propres et un second, fort utile, pour « les peuples, les dynasties et tribus ». Enfin, pas moins de cinquante pages de bibliographie permettent à ceux qui le souhaitent d’aller plus loin sur tel ou tel point. Par l’ampleur de la période étudiée et la multitude d’informations contenues, ce livre est indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à cette zone géographique.

————————-

Bernard Lugan est universitaire, professeur aux Écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan et à l’École de Guerre, et expert auprès du TPIR (ONU). Il est notamment l’auteur d’une Histoire de l’Égypte, d’une Histoire du Maroc, d’une Histoire de la Libye et d’une Histoire des Berbères. Il dirige la revue par internet l’Afrique réelle.

Editions du Rocher, Monaco, 2016, 732 pages, 29,- euros.

Source : Guerres & Conflits